Pompier de profession depuis 6 ans, Je reviens d'un voyage au Chili où j'ai exercé comme "Bombero de Santiago," durant une année.

Voici mes RETEX ou retours d'expériences...

mardi 12 janvier 2010

Feu de deux maisons mitoyennes à de nombreuses habitations.


La sonnerie de "la alarma de incendio" (renfort) retenti en pleine après-midi (température 32°). Nous sortons avec le H-4 (engin spécialisé en interventions chimiques) pour recharger les bouteilles d'air sur les lieux (et oui ! ici la CIC fait aussi office de CRAC).

A notre arrivée, deux maisons de 50 m2 environ, sont la proie des flammes. Les fumées sont assez consistantes, noires-jaunâtres et peu véloces.

Arrivant en engin d'appui, nous nous contentons d'aider à établir.

Les principales erreurs vues sur intervention : trop de monde dans le passage de transite, la population omniprésente, pas de périmètre de sécurité, la moitié des personnels équipés d'ARI ne les utilisaient pas, trop "d'accès créés" (portes et fenêtres forcées) pour accéder au foyer, beaucoup de trop de monde sur les toits, des équipes d'attaque engagées au feeling, trop de lances (5 ou 6), trop d'eau... Sans compter les erreurs de manœuvres propres au Corps.

Mes erreurs : je me suis trouver devant l'ouverture d'une porte sans ARI et j'ai mis deux pieds sur le même échelon durant quelques instants.

Les points intéressants relevés : feu attaqué très énergiquement et des "manœuvres d'échelles" très particulières.

D'une manière générale on est très loin des notions de la sécurité que l'on peut trouver en Europe. Cependant on peut voir émerger ici et là de bonnes notions d'organisation comme le véhicule PC, des manœuvres dites "réflexes" (aux mauvaises expériences) ou encore une très bonne ambiance de travail.
________________________________________________________

________________________________________________________
________________________________________________________
 
Voilà la petite technique "réflexe" qui permet d'éviter que quelqu'un retire votre échelle et ne vous empêche de vous replier en cas de coup dur : on fait passer le tuyau directement en dessus de l'échelon qui se situe juste au dessus du rebord d'appui. La toile est ensuite amarrée à l'échelon via un mini crochet d'amarre qui permet de tirer de la longueur de tuyaux supplémentaire en cas de progression.
________________________________________________________
Je me suis contenté d'aider à "l'établissement… »
________________________________________________________
________________________________________________________
________________________________________________________
________________________________________________________

Aucun commentaire:

Membres