Pompier de profession depuis 6 ans, Je reviens d'un voyage au Chili où j'ai exercé comme "Bombero de Santiago," durant une année.

Voici mes RETEX ou retours d'expériences...

mercredi 3 mars 2010

Feu de sous-sol de boutique : mousse, extraction, ventilation.


Expérience très intéressante en tant « qu’intervenants d’appui. » Les secours sont envoyés pour un feu de boutique dans une galerie commerciale. Après dix minutes de tentatives d’attaques par l’intérieur, le commandant des opérations décide de faire appel à notre engin spécial, le H-4 (descriptif du matériel majeur ici).

La galerie est en grande partie enfumée et le public est encore présent. A notre arrivée, deux équipes d’attaque sont toujours à l’intérieur du local (sous-sol simple de 10m2 contenant en grande partie du textile), essayant tant bien que mal de faire face au volume de chaleur s’apparentant à un véritable four ! Pourquoi deux équipes, utilisaient-il correctement leur lance ; pas d’information à ce sujet. Tout est qu’ils ont été arrêtés devant l’entrée par la chaleur après avoir descendu quelques marches…

Notre jeune chef d’agrès expérimenté (26 ans, 10 ans de service) et opérateur « Haz-Mat » (équivalence RADCHIM 2), décide, après reconnaissances sous ARI, de proposer au COS (apparemment désemparé) une extraction des gaz chaud au moyen de notre ventilateur « Turvex » et de ces gaines d’extraction, ainsi qu’une attaque puissante au moyen de notre lance à mousse de moyenne expansion (augmentant l’expansion de l’émulseur de basse expansion de 10% et permettant aussi l’utilisation de l’émulseur de haute expansion) et de plusieurs bidons d’émulseurs de basse et de haute expansion.  

Nous utiliserons un orifice de ventilation à l’entrée de la boutique afin d’injecter la mousse et par ce même orifice nous extrairons plus tard les fumées restantes lors de la « finalisation » par les portes-lance.

Etant chargé de l’alimentation en mousse, n’ayant reçu aucune instruction, je me suis permis d’opter pour de la mousse de basse expansion afin d’étouffer, en premier lieu, le foyer ; j’ai donc en premier utilisé les bidons d’émulseur naturel puis chimique et j’ai pu m’apercevoir que celle de type chimique à été 2 fois plus efficace. Après une baisse notable de l’intensité du foyer j’ai utilisé la mousse de haute expansion  pour refroidir le volume. L’extinction à durée entre 15 à 20 minutes, au moyen de 200 litres d’émulseur.

Une ventilation d’attaque (concomitante à l’extraction) sera aussi utiliser lors de la finalisation afin de stimuler la pression du local sinistré et d’extraire le reste des gaz chauds.

_______________________________________________________________
 _______________________________________________________________
 _______________________________________________________________
 _______________________________________________________________
 
_______________________________________________________________
 _______________________________________________________________
 
_______________________________________________________________
 
 _______________________________________________________________

Bakan :)

Aucun commentaire:

Membres