Pompier de profession depuis 6 ans, Je reviens d'un voyage au Chili où j'ai exercé comme "Bombero de Santiago," durant une année.

Voici mes RETEX ou retours d'expériences...

samedi 1 mai 2010

Feu de funérarium


Nous partons pour feu de maison et à notre arrivée, c'est une partie d'un quartier qui s'embrase. Un funérarium est à l'origine du sinistre.

Nous alimentons le premier engin et montons sur les toits pour couper les propagations. Le rayonnement est très intense.
Ma principale erreur fut de ne pas me préoccuper de la présence éventuelle d’objets dangereux sur la terrasse. A vrai dire, je me suis rendu compte de mon inattention lorsqu'un "collègue" m'a gentiment déposé deux bouteilles de gaz à mes pieds en me disant : " tiens ! Regarde ce que j'ai trouvé à l'intérieur de la petite cabane sur la terrasse !" C'est alors qu'un grand frison m'a parcouru le dos. Je lui ai donc demandé s’il aurait eut l’amabilité de bien vouloir virer ces deux bombes de mon point d'attaque où la radiation du feu était si forte que la maison située à 10 mètres pirolisait...

Cette erreur me ramène au fait, que sur feu la mission la plus importante est la reconnaissance, qu'elle soit avant pour l'estimation du sinistre et la demande des moyens, que durant une progression dans un appartement ou bien une extinction. D'autant plus qu'en manipulant une lance il est beaucoup difficile de se préoccuper de ce qu'il y a autour : bouteilles de gaz, produits chimiques en quantité importante, victimes...

Il y a encore du travail à faire pour ma part...




Aucun commentaire:

Membres