Pompier de profession depuis 6 ans, Je reviens d'un voyage au Chili où j'ai exercé comme "Bombero de Santiago," durant une année.

Voici mes RETEX ou retours d'expériences...

jeudi 13 mai 2010

Opérateur HAZ-MAT !

Après un certain temps sans nouvelle, je poste un dernier article avant la clôture de ce blog…

Un stage « operador HAZ-MAT » d’une semaine à été proposé dans le cadre du renouvellement du personnel formé (on croirait rêver !). J’ai donc saisi l’occasion.

Qu’est-ce qu’un opérateur HAZ-MAT, c’est un intervenant, d’un niveau équivalent au RAD-CHIM 2 (sans la « spécialisation radiologique ») de la BSPP, capable de gérer une intervention à caractère chimique.

A la fin de cette semaine nous avons été formés à temps complet, durant le week-end, dans le camp d’entrainement « del Cuerpo de Bomberos de Chile », qui, à mon grand étonnement, pouvait renvoyer au vestiaire nos camps d’instructions à la BSPP, tant il m’est apparu complet et entretenu ! Un terrain de 5 km2 environ, un caisson, une « maison du feu » (avec fumées noires !), un parcours de reconnaissances « fumées froides », plusieurs lieux de simulations d’accidents chimiques, une station d’entrainement « fuites de gaz enflammées », des salles de cours, des chambres, un restaurant, de nombreux projets d’agrandissements de l’espace de travail (désincarcération, transports ferroviaires, etc.), et j’en oublie…

A la fin de cet excellent stage, qui fut à mon goût trop court, une notion importante m’a sautée aux yeux : l’apprentissage de la gestion d’urgences NBC ouvre incroyablement le jugement que l’on peut avoir des interventions « feu de », ainsi que de nombreux rapprochements sont possibles !

Pour résumer, une intervention mettant en cause des produits chimiques nécessite la maitrise, entre autres, des notions suivantes :

-          - Prendre son temps pour reconnaitre très précisément la nature du danger.

-         - Utiliser les moyens humains et matériels « locaux » en priorité qui sont souvent plus rapides à la mise en œuvre et aussi plus adaptés.

-          - Ne pas engager de personnel sans être sûr d’avoir effectué de bonnes connaissances et de posséder les moyens nécessaires au contrôle du risque.

-          - Ne pas engager d’équipe sans équipement de sécurité.

-          - Ne pas outrepasser les règles de sécurité dans le cadre de la présence de victimes.

-          - Avoir le souci constant de la pro-activité.

-          - Seul le chef « dit ».

-          - Le chef délègue à des « sous-chefs. »

En clair, on enlève les produits chimiques, on met le feu et c’est presque pareil. La grande différence sera le temps de contrôle du danger ; une intervention à caractère chimique durera entre 1 heure et 1 journée alors que la maitrise d’un feu sera de l’ordre de  10 minutes à plusieurs heures. Mais les principes de base sont très semblables.

_________________________________________________________________________________
 _________________________________________________________________________________ 
 _________________________________________________________________________________ 
 
 _________________________________________________________________________________ 

 _________________________________________________________________________________ 
 
_________________________________________________________________________________  
 _________________________________________________________________________________



L'histoire touche à sa fin...


Aucun commentaire:

Membres